Rhinoplastie Paris > La rhinoplastie esthétique : embellir le nez

Cette intervention corrige la morphologie du nez, en traitant la structure de ses os, de ses cartilages et parfois de la peau elle-même.

La consultation

Rhinoplastie Paris Dr Gaillard Nez

L’échange entre le patient et le chirurgien est essentiel à la réussite d’une rhinoplastie.
En effet chaque patient est unique ; le projet de rhinoplastie doit être fait « sur-mesure »  et adapté à l’équilibre de chaque visage. L’autre impératif est celui de la préservation d’une respiration nasale de qualité. Bien souvent on associe une opération esthétique et respiratoire car les troubles sont liés.

Le patient exprime d’abord sa gêne esthétique et ce qu’il souhaiterait modifier dans l’aspect de son nez. Le chirurgien réalise un examen externe et interne du nez pour étudier la structure des os, du cartilage et de la peau du nez mais aussi ce qu’on appelle l’anatomie artistique du nez c’est-à-dire la manière dont la lumière fait apparaître le nez dans son équilibre avec l’ensemble du visage.

Des photos numériques de face et de profil sont prises par le chirurgien qui établit plusieurs propositions de projet de rhinoplastie à l’aide d’un logiciel de retouche spécialisé. Le patient réfléchit au projet qui lui correspond le mieux avec l’aide du chirurgien. À l’issue de ce premier entretien, il emportera les clichés avec lui pour poursuivre sa réflexion. Le projet de rhinoplastie sera finalisé lors d’une deuxième consultation

Le chirurgien évoquera ensuite avec le patient la technique opératoire retenue pour aboutir au projet choisi, l’organisation de l’opération et les suites opératoires.

La technique opératoire

Rhinoplastie Paris Dr Gaillard NezL’intervention se déroule sous anesthésie générale et dure une à deux heures.Deux techniques différentes sont possibles en fonction du type de trouble esthétique.

1. Rhinoplastie esthétique par voie dissimulée ou fermée

L’opération va modifier la structure de l’os et des cartilages du nez, par des incisions de quelques millimètres dissimulées à l’intérieur des narines.

Les instruments chirurgicaux sont introduits par de petits tunnels sous la peau.
Dans la plupart des cas on enlève un excédent de structure, par exemple lorsqu’il existe une bosse osseuse ou un volume trop important de la pointe du nez. Dans d’autres cas on ajoute du tissu de soutien pour remodeler le nez. On utilise alors du cartilage prélevé sur la cloison nasale; il est sculpté et greffé sur la structure existante du nez, sous la peau.

Dans tous les cas, un travail de stabilisation de la nouvelle charpente du nez doit être réalisé par le chirurgien, notamment sur la cloison du nez et les cartilages latéraux supérieurs (septoplastie complète, micro greffe de type  « spreader grafts »). Ce temps opératoire indispensable permet d’éviter un affaissement secondaire du nez, un aspect pincé, ou une obstruction du nez post-opératoire.

Les cicatrices internes sont réalisées avec du fil chirurgical fin qui se résorbe en deux à trois semaines.

2. La rhinoplastie par voie ouverte

Lorsqu’il est nécessaire de modeler la pointe du nez ou en cas de ré-intervention (rhinoplastie secondaire), on réalise une petite cicatrice au niveau de la région inférieure de la pointe du nez sur la columelle – région du nez qui sépare les deux orifices narinaires.

Rhinoplastie Paris Dr Gaillard Nez
Cette technique permet d’agir précisément sur toutes les composantes morphologiques du nez. La suture de la cicatrice doit être particulièrement soigneuse et réalisée avec une technique micro-chirurgicale. Les fils sont résorbables et s’éliminent spontanément en une à deux semaines.

On associe parfois un geste de réduction des ailes narinaires pour harmoniser la région inférieure du nez. Les cicatrices sont dissimulées à l’intérieur du nez ou dans le sillon qui sépare la narine de la zone inférieure de la joue.

Les suites opératoires

Le plus souvent une hospitalisation de 24 heures est nécessaire, mais les progrès des techniques chirurgicales et anesthésiques permettent de plus en plus la réalisation de la rhinoplastie en ambulatoire – entrée le matin en clinique, sortie le soir même.

Au réveil le patient porte un plâtre ou une attelle en résine et des attelles de silicone souples à l’intérieur du nez, qui assurent sa stabilisation. Le retrait de ces éléments de maintien est quasiment indolore et s’effectue en consultation par le chirurgien 5 à 8 jours après l’intervention.

Grâce aux progrès des techniques chirurgicales, il n’est plus nécessaire de mettre de gros pansements à l’intérieur du nez ( les mèches ). On met à la place pour empêcher le saignement de petits fragments de pansements résorbables qui sont indolores.

Les douleurs post opératoires sont peu intenses et bien calmées par des antalgiques simples (paracétamol, anti-inflammatoires). Il existe en revanche un inconfort lié au port du plâtre et des attelles.

La gêne principale pour le patient est liée à l’apparition d’un gonflement autour des yeux dès les premières heures après l’intervention et qui va persister 3 à 5 jours. Il s’y associe des ecchymoses – aspect « d’œil au beurre noir » – qui durent 8 à 10 jours. Un aspect légèrement cerné des yeux, qui dépend de la nature de la peau, peut persister plusieurs semaines.

Le résultat

Les premiers résultats sont visibles 8 à 10 jours après l’intervention, au retrait du plâtre et des attelles. Malgré une peau du nez encore gonflée, on remarque immédiatement la disparition d’une bosse nasale ou la correction d’un nez dévié. La respiration se normalise très rapidement, dès le retrait des attelles.

La pointe du nez va s’affiner progressivement au cours du premier mois : on observe alors 80 % du résultat à cette échéance. Au cours des mois suivants le résultat définitif se dessine progressivement ; il est stabilisé un an après l’intervention environ.

Retouches médicales et chirurgicales

On considère qu’une retouche est indiquée dans 5 à 15 % des cas après une rhinoplastie réalisée par un chirurgien expérimenté. Il est en effet impossible de prévoir à 100% comment la peau va s’adapter à la nouvelle architecture du nez créée par l’intervention.

Quand il s’agit d’un défaut mineur de la peau ou du tissu sous-cutané, on peut très souvent traiter par injections en consultation, sous anesthésie locale, comme pour une rhinoplastie médicale.

Lorsqu’un gonflement trop important de la partie basse du nez persiste, et que la peau tarde à se remettre en place, on peut injecter un médicament anti-inflammatoire corticoïde ( Kénacort ) qui va diminuer ce gonflement en résorbant l’inflammation. L’injection doit être réalisée par un chirurgien expérimenté, car le produit, injecté trop superficiellement peut avoir des effets secondaires : rétraction de la peau, dépigmentation.

Lorsqu’au contraire la peau s’affine trop et laisse apparaître des creux ou des irrégularités, on peut augmenter son volume en injectant de l’acide hyaluronique, avec de bon résultats. Ces injections doivent parfois être renouvelées un à deux ans plus tard mais présentent une très bonne tenue dans le temps

Quand un défaut de symétrie ou une irrégularité persistent au-delà d’un an après l’intervention, une retouche chirurgicale est nécessaire, en général il s’agit d’une intervention courte qui est réalisée en chirurgie ambulatoire. Seul le défaut est traité et il n’y a pas de réintervention sur l’ensemble du nez.

Si le projet pré opératoire a été bien conçu et que le geste technique s’est bien déroulé, il est rare qu’une nouvelle rhinoplastie complète soit nécessaire. Il s’agit alors d’une rhinoplastie secondaire.

 

RHINOPLASTIE ESTHÉTIQUE  – RHINOPLASTIE FONCTIONNELLE  – RHINOPLASTIE MÉDICAL  – RHINOPLASTIE SECONDAIRE – SOS NÉZ – AVANT/APRÈSBIOGRAPHIERHINOPLASTIE BLOGCONTACTQUESTIONS FRÉQUENTES